Et vogue le navire des bords de Seine!

Mots-clés

, , , ,

Moussaillons de l’Institut du Monde arabe, prêts à l’abordage? Parons les amarres et laissons-nous conter l’histoire des aventuriers des mers. 

Dans un décor reconstitué à l’occasion de l’exposition Les Aventuriers des mers, voyageons aux pays des pirates et montons à bord du broute, ce petit voilier arabe utilisé aujourd’hui surtout pour le cabotage ou la pêche des perles.

Laissons-nous initier à la langue arabe, feuilletons quelques livres écrits à l’envers! et contemplons la carte représentant le monde arabe, soit 22 pays. Puis traversons ensemble les mers emplies de monstres fantastiques et imaginons-nous avec Sindbad le marchand, navigant sur les flots paisibles ou tumultueux en quête de trésors.

Une pérégrination initiatique à la culture arabe en mots et en décors, parfaite pour un mercredi ou samedi après-midi. Durée: 1h. Entrée gratuite.

https://www.imarabe.org/fr

Ecole maternelle, école du lien et du vivre ensemble ?

Mots-clés

, , , ,

Ecole maternelle, école du lien et du vivre ensemble ? Attention danger ! Enfants en déshérence ; Les parents se mobilisent ! Rejoignez-les ! Résistez avec eux !

 Si dans les discours ministériels et institutionnels, l’école primaire est reconnue cruciale dans le développement de nos enfants et dans l’apprentissage de leurs rapports à l’institution et à la société, sur le terrain, elle chancelle.

cropped-ecole-banner-2

Gros plan sur l’école maternelle Balard, dans le XVème arrondissement de Paris

Petite section, soit première année d’école publique. Nous sommes en mars 2016. Sur six mois de classe, quatre se sont déroulés en l’absence de professeur référente. Hormis des remplacements en coup de vent par intermittence, l’ATSEM s’est vue de facto assumer seule la responsabilité de tenir 29 enfants, sans autre aide que sa bonne volonté. Et à compter du 19 mars 2016, aucun remplaçant n’est prévu jusqu’à la fin de l’année. Devront-ils alors encore, à défaut de maîtresse, d’ATSEM et de directrice, être placés devant un DVD ??

Est-ce donc cela, « la grande mobilisation pour l’école » décrétée par la ministre NVB ?

Malgré la mobilisation des parents, des associations de parents d’élèves, de la directrice elle-même, malgré nos courriers au rectorat, à l’inspecteur sectoriel, au directeur académique et à son adjoint pour exposer la situation, leur demande est restée sans réponse jusqu’à ce jour. Ce ne sont effectivement pas les lettres reçues qui peuvent être considérées comme satisfaisantes, dans les faits les enfants restant laissés à eux-mêmes, sans surveillance adéquate ni enseignement.

Quid de l’application effective de la Convention relative aux droits de l’enfant ?

Retour aux sources du droit. « Première partie, Article 3-1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants (…), l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.

3-3 Les Etats parties veillent à ce que le fonctionnement des institutions, services et établissements qui ont la charge des enfants et assurent leur protection soit conforme aux normes fixées par les autorités compétentes particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de leur personnel ainsi que l’existence d’un contrôle approprié.

Article 28-1. Les Etats parties reconnaissent le droit de l’enfant à l’éducation et en particulier, en vue d’assurer l’exercice de ce droit progressivement et sur la base de l’égalité des chances :

  1. Ils prennent des mesures pour encourager la régularité de la fréquentation scolaire et la réduction des taux d’abandon scolaire.

Article 29-1. Les Etats parties conviennent que l’éducation doit viser à :

  1. Favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités ;
  1. d. préparer l’enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d’égalité entre les sexes (…) ».

Or comment vouloir que les enfants respectent les gouvernants, croient en le système scolaire, lorsque ce dernier ne donne pas un signal fort de respect de leur personne en assurant les prérogatives qui lui sont imparties ?

 Quid enfin de la continuité du service public ?

N’est-il pas dit que le service public doit fonctionner sans interruption de façon continue et que son aménagement pratique doit se faire de façon telle que l’usager y a réellement accès ?

En définitive, la petite section de l’école Balard du XVème n’aura eu droit qu’à de simples mesures pour combler parfois les trous, les pouvoirs publics se renvoyant le bébé du haut de leur tour, justifiant leur apathie par des courriers lénifiants, sans se soucier du développement pérenne desdits enfants, les leurs étant à l’abri dans des écoles souvent privées malgré leur injonction de quotas limitatifs. Tant qu’eux ils ont de la place pour les leurs, tout va bien !

Les parents se mobilisent encore ! Lire la suite

La Jarry, des artistes en sursis

Mots-clés

, , , ,

La Jarry, un village d’artistes au cœur de la cité industrielle de Vincennes

Musiciens, peintres, sculpteurs, comédiens, photographes, artisans, familles avec enfants, vivent dans cette cité industrielle des années 30, sous la menace d’une expulsion imminente. Véritable village au cœur de la ville, cette communauté représente pourtant un modèle de mixité sociale, désireuse d’ouvrir les espaces.

Portes ouvertes

Le temps d’un week-end dit ‘de l’art à la ferme’, ils invitent les quidams à s’immiscer dans leur antre, pour écouter des concerts, s’initier au ukulélé avec TOP5, regarder leurs créations. Ainsi d’une artiste d’Afrique du Sud, Tamsyn Jennifer Matthew, qui peint à même le mur de magnifiques animaux (chouette, lion…) pour recréer l’atmosphère d’une bibliothèque; d’une photographe polonaise, Kamila Stepien, qui présente des portraits; d’une autre artiste française, Anaël Engel, qui expose des lampes en fer forgé. Tous vous accueillent avec chaleur et disponibilité.  Alors, à qui désire trouver encore des réminiscences de vie collective fraternelle et hors des sentiers conformistes, dépêchez-vous: la destruction ne saurait malheureusement tarder… Chapeau aux résistantes et résistants de la dernière heure!

Collectif Figmentation

Pour les soutenir afin que le départ puisse s’effectuer dans des conditions dignes et respectueuses, vous pouvez aller les voir sur place et/ou signer une pétition

https://www.facebook.com/figmentation/

Adresse: Cité industrielle de Vincennes, 106 rue de la Jarry – 2ème étage par la rampe – 94300 Vincennes

Contact: figmentation.collectif@gmail.com

The Old Animals’ Forest Band by Sirish Rao & Durga Bai

sans-titre (3)Les Musiciens de Brême des frères Grimm revisitée à la mode indienne dans la tradition de l’art gond. Un autre regard pour une même interpellation sur la manière dont on exploite des animaux, qui sitôt affaiblis, l’on dénigre. Une réflexion transposable à la façon dont on regarde la population vieillissante et une invitation à changer notre regard utilitaire pour plus de solidarité. Au demeurant, qui sait si nous ne serons pas surpris des fruits ainsi récoltés?

Brafa, j’y cours!

Mots-clés

, , , , , , , ,

imageA Bruxelles, on y court! Cette 61ème édition de la prestigieuse BRAFA est un pur enchantement. On arpente les allées, en admirant tantôt des pièces antiques ou des arts africains, tantôt du mobilier moderne ou de l’art contemporain, le tout présenté de manière éclectique mais pas thématique, ce qui incite à ouvrir son regard sur d’autres univers auquel on n’aurait pas forcément prêté attention. Et cette année, les Floralies de Gand sont l’invité d’honneur.

http://www.brafa.be/

 

Châteaux de sable à Beaubourg

Un château se sable en plein Paris, vous en rêviez? Au centre Pompidou, Dale Murdock, le champion mondial des sculptures monumentales de sable assouvit votre désir; il vous présente une architecture réalisée avec 5 tonnes de sable ! Plus, il invite les enfants à l’imiter.

A la Galerie des enfants, un parcours en trois temps est ainsi proposé. D’abord, les enfants, tels de véritables architectes, sont invités à dessiner leur projet, en s’inspirant d’images empruntées aux collections d’architecture du musée. Puis sur des plateaux amovibles, ils passent à la réalisation. Endossant leur tablier, les voilà maîtres d’utiliser sable, seau, pelles et truelles pour laisser libre cours à leur créativité. A la fin de l’ atelier, ils pourront alors installer leur œuvre sur les tables de séchage.

Conçue par l’écrivain Jean-Yves Jouannais, l’exposition-atelier a lieu jusqu’au 7 mars.

https://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-46f6126c89ac434ba6c6547dc5ea73a&param.idSource=FR_E-787eda484a9411ad4e81499f7caefb2