Mots-clés

, , , ,

Ecole maternelle, école du lien et du vivre ensemble ? Attention danger ! Enfants en déshérence ; Les parents se mobilisent ! Rejoignez-les ! Résistez avec eux !

 Si dans les discours ministériels et institutionnels, l’école primaire est reconnue cruciale dans le développement de nos enfants et dans l’apprentissage de leurs rapports à l’institution et à la société, sur le terrain, elle chancelle.

cropped-ecole-banner-2

Gros plan sur l’école maternelle Balard, dans le XVème arrondissement de Paris

Petite section, soit première année d’école publique. Nous sommes en mars 2016. Sur six mois de classe, quatre se sont déroulés en l’absence de professeur référente. Hormis des remplacements en coup de vent par intermittence, l’ATSEM s’est vue de facto assumer seule la responsabilité de tenir 29 enfants, sans autre aide que sa bonne volonté. Et à compter du 19 mars 2016, aucun remplaçant n’est prévu jusqu’à la fin de l’année. Devront-ils alors encore, à défaut de maîtresse, d’ATSEM et de directrice, être placés devant un DVD ??

Est-ce donc cela, « la grande mobilisation pour l’école » décrétée par la ministre NVB ?

Malgré la mobilisation des parents, des associations de parents d’élèves, de la directrice elle-même, malgré nos courriers au rectorat, à l’inspecteur sectoriel, au directeur académique et à son adjoint pour exposer la situation, leur demande est restée sans réponse jusqu’à ce jour. Ce ne sont effectivement pas les lettres reçues qui peuvent être considérées comme satisfaisantes, dans les faits les enfants restant laissés à eux-mêmes, sans surveillance adéquate ni enseignement.

Quid de l’application effective de la Convention relative aux droits de l’enfant ?

Retour aux sources du droit. « Première partie, Article 3-1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants (…), l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.

3-3 Les Etats parties veillent à ce que le fonctionnement des institutions, services et établissements qui ont la charge des enfants et assurent leur protection soit conforme aux normes fixées par les autorités compétentes particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de leur personnel ainsi que l’existence d’un contrôle approprié.

Article 28-1. Les Etats parties reconnaissent le droit de l’enfant à l’éducation et en particulier, en vue d’assurer l’exercice de ce droit progressivement et sur la base de l’égalité des chances :

  1. Ils prennent des mesures pour encourager la régularité de la fréquentation scolaire et la réduction des taux d’abandon scolaire.

Article 29-1. Les Etats parties conviennent que l’éducation doit viser à :

  1. Favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités ;
  1. d. préparer l’enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d’égalité entre les sexes (…) ».

Or comment vouloir que les enfants respectent les gouvernants, croient en le système scolaire, lorsque ce dernier ne donne pas un signal fort de respect de leur personne en assurant les prérogatives qui lui sont imparties ?

 Quid enfin de la continuité du service public ?

N’est-il pas dit que le service public doit fonctionner sans interruption de façon continue et que son aménagement pratique doit se faire de façon telle que l’usager y a réellement accès ?

En définitive, la petite section de l’école Balard du XVème n’aura eu droit qu’à de simples mesures pour combler parfois les trous, les pouvoirs publics se renvoyant le bébé du haut de leur tour, justifiant leur apathie par des courriers lénifiants, sans se soucier du développement pérenne desdits enfants, les leurs étant à l’abri dans des écoles souvent privées malgré leur injonction de quotas limitatifs. Tant qu’eux ils ont de la place pour les leurs, tout va bien !

Les parents se mobilisent encore !

A défaut d’arrangement et de disponibilité d’enseignant malgré le statut ‘prioritaire’ de la classe de petite section de l’école maternelle Balard, les parents vont sortir les banderoles et investir les réseaux sociaux. Dès jeudi matin prochain, 17 mars 2016, ils se tiendront devant les portes de l’école maternelle Balard, 95 rue Balard.

Journalistes et citoyens préoccupés du devenir de notre système éducatif, n’hésitez pas à rejoindre les résistants !

http://www.lemonde.fr/education/article/2016/02/19/selon-la-fcpe-6-000-jours-de-classe-n-ont-pas-ete-assures-dans-57-departements-depuis-la-rentree_4868315_1473685.html

http://www.lemonde.fr/education/article/2016/02/19/selon-la-fcpe-6-000-jours-de-classe-n-ont-pas-ete-assures-dans-57-departements-depuis-la-rentree_4868315_1473685.html

http://www.familles-enfance-droitsdesfemmes.gouv.fr/dossiers-enfance/protection-de-lenfance/droits-de-lenfant/declaration-et-convention-internationale-des-droits-de-lenfant/